NO!art + KÜNSTLER + MANIPULATION + INFO + MAIL NAVIGATION previousINDEX
Reinhard Scheibner | NO!art involvement <<< | >>>
Ausstellung suchen und finden im NO!art-Archiv

UNITED DEAD ARTISTS

Une exposition exceptionnelle autour du dessinateur / éditeur Stéphane Blanquet
qui invite pas moins de 69 artistes à présenter leurs travaux !
 arts factory x galerie lavignes-bastille | 27 rue de charonne | 75011 paris | 7 septembre au 6 octobre 2012

ARTISTES PARTICIPANTS:

UNITED DEAD ARTISTS | poster
Bastian + Isabelle L. - Gilles Berquet - Ion Birch - Blanquet - Jeremy Boulard Le Fur - Marc Brunier Mestas - Captain Cavern - Mavaldo Charon - Olivia Clavel - Georgeanne Deen - Francesco Defourny - François de Jonge - Camille Déjoué - Juliette Déjoué - Guillaume Denervaud - Mathieu Desjardins - Tristan des Limbes - Mike Diana - Yoshikazu Ebisu - Elvis Studio - Christelle Enault - Frédéric Fleury - Diego Firmin - Tony Fitzpatrick - Céline Guichard - Dewey Guyen - Namio Harakuwa - Chris Hipkiss - Hope Kroll - Daisuke Ichiba - Icinori - Jad Fair - Joko - Jurictus - Kaz - Céline Legouail - Lilas - Lolmède - Arnaud Loumeau - Mïrka Lugosi - Pierre Marty - Lulu Melon Sandia - Fanny Michaëlis - Takashi Nemoto - Marcus Nyblon - Loulou Picasso - Pit - Pole Ka - Boris Pramatarov - Pyon - Helge Reuman - Bruno Richard - Xavier Robel - Jonathon Rosen - Johnny Ryan - Ryan Standfest - David Sandlin - Stéphanie Schilling - Reinhard Scheibner - Shoboshobo - Tom de Pékin - Mimiyo Tomozawa - George Tourlas - Anne Van Der Linden - Wouter Vanhaelemeesch - Martha Verschaffel - Aleksandra Waliszewska - Wataru Kasahara - Aurélie William Levaux

INFORMATION:

Très actif dans le milieu du graphzine et de l’auto-édition depuis le début des 90’s, Stéphane Blanquet a toujours souhaité en marge de sa propre production, faire découvrir au plus grand nombre les artistes dont il admire profondément le travail. En 2007 il ressuscite United Dead Artists, la maison d’édition fondée quelques années auparavant avec la dessinatrice Olive et Omer Pesquer - amateur éclairé de curiosités visuelles - pour entreprendre une toute nouvelle aventure éditoriale.

Le muscle carabine, revue de 40 pages au format évoquant la mythique collection 30 x 40 de Futuropolis est ainsi publiée, sous une couverture du grand Charles Burns. L’absence de texte, un sommaire discrètement inséré et une remarquable qualité d’impression offrent un rapport direct aux images envoyées par le gratin du dessin international. Rapidement épuisé, malgré un réseau de diffusion volontairement restreint, ce coup d’essai pose alors les jalons d’un catalogue qui compte à ce jour plus de quarante titres, alternant monographies (Roland Topor, Chris Hipkiss, Gary Panter, Daisuke Ichiba, Tom de Pékin, Aurélie William Levaux …) et ouvrages collectifs, dont la fameuse Tranchée racine. Un hallucinant journal au format tabloîd (66 x 47,5 cm), réunissant à chaque parution un cinquantaine d’auteurs confirmés ou émergents pour la modique somme de 3 euros!

Prolongement de ce tentaculaire projet, l’exposition United Dead Artists propose à travers un accrochage foisonnant, riche de plus de 400 œuvres, un véritable tour d’horizon de l’undergraphisme mondial. Au-delà des thématiques communes et parfois déstabilisantes pour un public non averti - la chair et le corps sont omniprésents, généralement en mauvaise posture - la cohérence des choix de Blanquet force le respect. Rendant hommage à des figures tutélaires telles que Bruno Richard ou Loulou Picasso - tous deux en activité depuis près de 35 ans - cet ensemble inédit défriche, interpelle et fait la part belle à de jeunes artistes français qui participent pour certains à leur première exposition d’envergure. Les dessinateurs japonais et américains sont également à l’honneur avec le surréalisme minimaliste de Yoshikazu Ebisu, les opulentes dominatrices de Namio Harakuwa et quelques personnalités essentielles de la scène US telles que Mike Diana, Jad Fair, Jonathon Rosen, David Sandlin ou Johnny Ryan. Du côté des européens, signalons notamment la participation du berlinois Reinhard Scheibner, de l’artiste polonaise Aleksandra Waliszewska - deux monographies leur sont d’ailleurs consacrées à cette occasion - et du trop rare collectif suisse Elvis Studio.

Maître d’œuvre de l’exposition avec Arts Factory, Blanquet présente pour sa part plusieurs séries de dessins et peintures récentes, ainsi qu’une installation en volume, spécialement conçue pour cet événement. Fidèle à son stakhanovisme légendaire, il fait également chauffer les rotatives avec la parution de quatre nouveaux numéros de la Tranchée racine, un par semaine et autant de collectors en puissance !

SUR STÉPHANE BLANQUET:

Stéphane Blanquet est né en 1973, il vit et travaille en région parisienne. Dessinateur, plasticien, metteur en scène, réalisateur, il a derrière lui un long parcours dans l'univers de l’édition et de l’illustration, où il se fait tout d’abord connaître par ses graphzines Chacal Puant (1990) et La Monstrueuse (primé à Angoulême en 1996). Très vite considéré comme l'un des fers de lance de la nouvelle bande dessinée, son univers tourmenté ne laisse personne indifférent et déborde largement du cadre de ses livres édités chez Cornélius, Alain Beaulet , L’Association, Albin Michel ou sa propre structure United Dead Artists. Blanquet y dépeint de manière inimitable une galerie de personnages seuls, exclus, humiliés, où l'on croise pêle-mêle parents abusifs, enfants martyrs, créatures chimériques, corps et cerveaux en mutation perpétuelle. En 2001, il publie un de ses albums de bande dessinée les plus marquants, La nouvelle aux pis, roman graphique tout en ombres chinoises, salué par la critique. Dans la même veine mais encore plus sombre, suivra en 2007, La Vénéneuse aux deux éperons. En 2003, il remplace le papier par la peau humaine avec Sur l'épiderme, un ouvrage très singulier de peintures sur corps photographiées.

Au-delà de sa production purement graphique,Blanquet affectionne les objets atypiques et a souvent réalisé des œuvres ou installations en volumes. Il explore également dès 1997 le champ du cinéma d'animation avec les Histoires Muettes, une série de 26 épisodes d'une minute pour Canal +, compilés avec plusieurs courts-métrages dans Les Réanimations, un superbe DVD désormais épuisé. Après avoir collaboré en 2006 avec le metteur en scène Jean Lambert-Wild sur la pièce de théâtre Sade Songs (adaptation musicale du Marquis de Sade, dont il a pensé les décors et les costumes), il occupe à partir de 2007 le poste de directeur oculaire du Centre Dramatique National de Normandie / Comédie de Caen. Leur deuxième création, Comment ai-je pu tenir la dedans ?, une fable inspirée par La chèvre de Monsieur Seguin est un succès international, nominée aux Molières et déjà jouée plus de 300 fois.

Côté expositions,le Labyrinthique intestin dévoilé en 2006 aux Rencontres du 9e Art d’Aix-en-Provence permet à Stéphane Blanquet de déployer sa tentaculaire production au sein d’une impressionnante scénographie. Elle sera suivie en 2007 par Blanquet s’ouvre la panse, programmée à Paris par Arts Factory. En 2009, Blanquet construit un véritable train fantôme au sein du Musée d’Art Contemporain de Lyon, à l’occasion de l’exposition Quintet dont il partage l’affiche avec Masse, Gilbert Shelton, Joost Swarte et Chris Ware. A la suite de l’importante rétrospective que lui a consacré en 2012 le Wharf – Centre d’Art Contemporain de Basse Normandie, il conçoit A distorted forest, une nouvelle installation pour le Musée d’Art Contemporain de Singapour. Toujours en 2012, Blanquet invite 69 artistes internationaux dans le cadre de l’exposition United Dead Artists et présente au mois de novembre, avec Jean Lambert Wild, Mon amoureux noueux pommier au Théâtre de Chaillot.

SUR ARTS FACTORY:

Fondée en 1996 par Effi Mild et Laurent Zorzin, Arts Factory explore la scène graphique ; au carrefour du dessin contemporain, de l'illustration, de la bande dessinée et du graphisme. Près de 200 expositions - Daniel Johnston, Pierre La Police, Blanquet, Atak, Jean Lecointre, Moolinex, Frédéric Magazine, Ludovic Debeurme, Kiki et Loulou Picasso, Willem, Jochen Gerner, Killoffer, Amandine Urruty, Anouk Ricard … - ont été conçues par ces deux électrons libres du circuit artistique parisien dans leur premier espace du quartier des Abbesses, puis, sous la forme d’une galerie d’art nomade dès 2006.

C’est dans le cadre de cette programmation itinérante que le team Arts Factoryva investir de septembre à décembre 2012 les locaux de la galerie Lavignes-Bastille, dédiant entièrement les 200 m2 de ce haut lieu du marché de l’art à la production graphique actuelle. Avec deux expositions personnelles consacrées à Hervé di Rosa et Blexbolex, les expositions collectives United Dead Artists et le toujours très attendu Arts Factory Winter Show , ce sont plus de 80 artistes internationaux qui vont s’approprier en 4 mois les 4 niveaux de la galerie, dressant ainsi un vaste état des lieux d’une scène en pleine effervescence. En marge de ces événements un printstore regroupant graphzines, sérigraphies et livres d’artistes, proposera dès le mois d’octobre le meilleur de l’édition limitée.

©  http://www.no-art.info/scheibner/shows/2012_united-dead-artists.html